« Everything Everything » de Nicola Yoon

couv7794239.jpg

Autrice : Nicola Yoon

Editions : Bayard Jeunesse

Genre : YA, romance

Parution : 6 Avril 2016

Pages : 360

Prix : 16,90 €

ISBN-13 : 978-2-7470-5278-8

Synopsis : « Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre. »


3ba8befd-8c81-4bd2-b33c-d80d0806be07

Ca faisait un petit moment que je voyais ce livre un peu partout sur Internet mais je ne savais absolument pas de quoi il parlait. Quand il a commencé à y avoir pas mal d’engouement autour de lui, je m’en suis éloignée le plus possible parce qu’en général je suis toujours déçue par les livres « populaires ». Et puis je suis tombée sur une chronique qui m’a emballé (c’était sur le blog de Mahogany dont la chronique est juste ici), du coup j’ai fini par sauter le pas. Par chance il l’avait dans ma médiathèque, je l’ai donc réservé, attendant chaque jour de recevoir le précieux sms me disant qu’il était disponible.

Nous allons suivre l’histoire de Madeline, une jeune fille de 18 ans atteinte de la « maladie de l’enfant-bulle », autrement dit ses défenses immunitaires sont fortement affaiblies, voire inexistantes. Pour son propre bien, elle ne peut donc pas sortir de chez elle. Un beau jour, elle entend un bruit étrange venant de dehors, il s’agit du camion de déménagement amenant les affaires des nouveaux occupants de la maison voisine. Son regard va alors croiser celui d’Olly, son nouveau voisin. Les deux adolescents vont alors tout faire pour pouvoir communiquer ensemble malgré la maladie de Maddy.

« Cette nuit-là, je rêve que la maison respire avec moi. J’espère, et les murs se resserrent comme un ballon de baudruche, m’écrasant à mesure qu’il se dégonfle. J’inspire et les murs se dilatent. « 

Déjà, je voulais faire une mention spéciale à cette couverture que je trouve absolument magnifique, parce qu’on ne vas pas se mentir, même si ce n’est pas bien de juger un livre à sa couverture, on le fait tous plus ou moins consciemment.

D’après ce que j’avais lu sur différents blogs, je pensais lire un livre dans le même genre que Nos étoiles contraires de John Green (y a-t-il encore besoin de le présenter ?). C’est vrai qu’il y a des points communs entre les deux, notamment la maladie et la romance, pour les deux plus évidents, et tout ce qui concerne la peur de l’avenir. Cependant, malgré quelques similitudes, cette histoire a été beaucoup moins larmoyante, voir presque pas, ce qui ne lui enlève rien.
Concernant les autres termes abordés par l’auteure, je pense que cela était plutôt judicieux car ils sont en général peu traités dans la littérature YA, après c’est peut-être le cas mais je ne tombe jamais dessus parce que je ne les cherche pas spécialement.

« – Sois courageuse. Rappelle-toi toujours que la vie est cadeau. »

J’ai trouvé le style d’écriture de l’auteure très fluide, on ne peut pas s’arrêter de tourner les pages. Cela est sans doute accentué par le fait qu’il s’agit de chapitres très courts et qu’en plus, il y a quelques dessins, des listes, des captures d’écran, etc.

En ce qui concerne les personnages, j’ai bien aimé le personnage de Madeline qui, malgré sa maladie, a quand même une grange joie de vivre. Mais j’ai préféré Clara, l’infirmière qui s’occupe de cette dernière, que j’ai trouvé très attachante. Par contre j’ai eu plus de mal avec le personnage de la mère de Madeline. Pour ce qui est d’Olly, je l’ai aussi beaucoup aimé, notamment pour son côté protecteur envers sa soeur et sa mère. Il s’agit sans doute de mon personnage préféré juste après celui de Clara.

Aimant beaucoup Le Petit Prince, j’ai vraiment apprécié les parallèles qui sont faits entre les deux histoires. Pour le coup cela m’a fait penser au parallèle qu’il y a dans Nos étoiles contraires avec Une impériale affliction. 

Sinon, pour l’anecdote, suis-je la seule personne ayant lu ce livre à avoir eu en tête la chanson « Humuhumunukunukuapua’a » présente dans High School Musical 2 à chaque fois qu’ils parlaient de ce poisson ?

Ce que j’ai aimé avec la fin, c’est qu’elle reste ouverte, ce qui nous permet facilement de pouvoir imaginer ce qu’il se passe ensuite. Malgré le fait que la fin laisse la place à une suite, j’espère que l’auteure n’a pas l’intention d’en faire une parce que cette histoire me plait très bien comme elle est déjà et que je suis généralement déçue par les suites.

•••

En résumé : Je ne regrette absolument pas ma lecture, j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Même si la maladie a une place très importante dans l’histoire, j’ai trouvé qu’elle ne prenait pas non plus toute la place. En tout cas je vous le recommande vivement !

Note : ★★★★☆

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s