« Sans prévenir » de Matthew Crow

couv48572595

Auteur : Matthew Crow

Editions : Gallimard Jeunesse (Collection : Scripto)

Genre : Young Adult

Parution : 2015

Pages : 307

Prix : 11, 90 €

ISBN-13 : 978-2-07-065877-0


Synopsis :
 « A quinze ans, Francis Wootton est passionné de vieux films, de musique rock et de lectures romantiques. Mais avant tout, il ne se prend pas au sérieux. Pas plus que les excentricités de sa mère et la désinvolture de son adulte de frère.
Lorsqu’on lui diagnostique une leucémie, ses priorités changent. Il y a l’horreur d’être retardé d’une année au lycée, la menace d’une calvitie imminente, la nécessite de retrouver sa plus belle chemise au cas ou une pop star lui rendrait visite pour une photo…
Mais il n’imaginait pas rencontrer Ambre, son caractère de chien son humour féroce, sa vulnérabilité désarmante et irrésistible. »


3ba8befd-8c81-4bd2-b33c-d80d0806be07

J’avais vu ce livre sur le compte Instagram de Marika, et puis lors de mon dernier passage à la médiathèque je l’ai vu sur un présentoir. J’ai donc sauté sur l’occasion.

Nous allons suivre l’histoire de Francis, un lycéen qui suite à des problèmes de santé va se retrouver à aller consulter un spécialiste. Le verdict ne se fait pas attendre, il est atteint d’un cancer. Il va donc se faire hospitaliser et partager une partie de son quotidien avec des adolescents eux aussi atteints d’un cancer. Il n’apprécie pas spécialement ces camarades de chambrée, jusqu’à l’arrivée d’Ambre.

J’ai beaucoup aimé ce roman, même si j’ai par moment trouvé le personnage de Francis absolument odieux. Certes il est gravement malade, mais parfois je trouve qu’il se prend un peu trop pour le centre du monde. C’est sûr qu’il est malade, mais ce n’est pas pour autant que ces proches doivent arrêter de vivre. Surtout qu’il va parfois agir de manière totalement inconsciente.

En ce qui concerne les autres personnages j’ai bien aimé Julie, la mère de Francis, ainsi que son frère Chris. Le personnage d’Ambre m’a quant à lui plutôt laissée indifférente. J’ai également préféré sa mère, Colette.

La plume de l’auteur est fluide et agréable à lire et les chapitres sont relativement longs. Matthew Crow arrive avec brio à nous conter l’histoire d’un adolescent atteint d’un cancer, mais sans jamais tomber dans le cliché ou le larmoyant. Certes il va nous faire pleurer, mais ces larmes ne seront pas des larmes de pitié.

C’est d’ailleurs en cela que j’ai trouvé ce livre totalement différent de Nos étoiles contraires, auquel il est souvent comparé. En même temps, lorsqu’on parle d’une histoire avec des adolescents ayant le cancer, dans plus de 90% des cas on entend le nom de John Green.  Je ne dis pas qu’avec Green le lecteur éprouve de la pitié à l’égard des personnages, j’ai juste très peu pleurer par rapport à Nos étoiles contraires.

Matthew Crow parle de la maladie, mais elle est là sans vraiment être là. D’ailleurs il va falloir un moment avec que le terme « cancer » soit écrit noir sur blanc. On sait que c’est lui mais implicitement. De plus, contrairement au roman de John Green, l’accent est davantage mis sur la maladie et sur le côté un peu moins glamour qui découle des traitements, qui selon moi est à peine effleuré chez Green.

« Elle a arrêté quand il n’est pratiquement plus rien resté sur sa tête, sauf quelques mèches courtes aussi légères que des moisissures qui lui auraient poussé sur le crâne. »

Cependant, cette histoire aborde aussi d’autres termes d’une grande importance, comme le deuil, ou encore l’abandon, cela valant aussi bien pour la famille de Francis que pour celle d’Ambre. Ces termes ne sont d’ailleurs pas toujours directement en lien avec le cancer, le livre étant plus profond et ne se concentrant pas uniquement sur la maladie.

La fin était certes prévisible mais cela n’a rien enlevé à cette lecture. Les sentiments exprimés sont justes et profonds.

•••

En résumé : Très bonne lecture que je ne regrette absolument pas. Les termes abordés sont certes, en partie, les mêmes que ceux dans Nos étoiles contraires, mais ce roman reste totalement différent. Matthew Crow est très doué pour faire ressentir les émotions. Ce livre vaut vraiment le détour !

Note : ★★★★☆

Publicités

5 réflexions sur “« Sans prévenir » de Matthew Crow

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s