« Les Nouvelles aventures du Dixième Docteur – tome 2 : Les anges pleureurs de Mons »

Couv_287822.jpg

Auteur : Robbie Morrison

Illustrateurs : Daniel Indro & Eleonora Carlini

Coloristes : Slamet Mujiono & Hi-Fi

Editions : Akileos (Collection BBC)

Genre : Comics, Science-Fiction

Parution : 15 Septembre 2016

Pages : 128

Prix : 15 €

ISBN-13 : 978-2355742781

Synopsis : « Mauvaise surprise pour le Dixième Docteur et Gabrielle qui se retrouvent plongés dans l’un des pans les plus sombres de l’Histoire : une sortie de route temporelle vient de les expédier au beau milieu des tranchées assiégées de la Première Guerre mondiale ! Et ce ne sont pas la boue et les bombardements constants qui les inquiètent le plus… Les terrifiants Anges Pleureurs sont de la partie et s’apprêtent à dévorer le destin des soldats des deux camps ! »


3ba8befd-8c81-4bd2-b33c-d80d0806be07

Ca fait maintenant un bon moment maintenant que j’ai lu le deuxième volume des aventures de notre cher Docteur, mais j’avais oublié de rédiger ma chronique.

Je dois avouer avoir préféré ce tome là au précédent, sans doute parce que d’une manière générale, j’aime énormément lorsqu’une histoire se déroule dans le passé. Le côté historique est selon moi très intéressant, il apporte beaucoup à un récit. Mes épisodes préférés de la série sont d’ailleurs ceux se déroulant dans notre passé, même si l’épisode The Empty Child (Drôle de mort  dans la version française) m’a traumatisé. Le seul soucis qu’il peut y avoir avec cela, ce sont les erreurs historiques.

Gabrielle et le Docteur se retrouvent donc dans cette nouvelle histoire en plein milieu du front entre les lignes françaises, les combattants étant d’outre-Manche, et les lignes allemandes. Seulement, les anges pleureurs ont décidé de s’inviter à l’un des plus gros conflits mondiaux jusqu’à ce jour.

« Une partie du problème avec cette guerre, avec toutes les guerres, c’est que les gens cherchent à s’approprier ce qui n’est pas à eux… comme d’autres pays. « 

L’histoire se déroule donc ici dans notre passé, et plus précisément lors de la Première Guerre mondiale, en 1916. Par contre ça coince au niveau du lieu, et nous pouvons dire bonjour à l’erreur géographique. En effet, l’histoire se déroule à Saint-Michel, donc en Normandie. Cependant, les auteurs nous situent Saint-Michel dans la Somme. Jusqu’à preuve du contraire il y a un seul et unique Saint Michel, et il se situe en Normandie. Surtout que l’on voit clairement sur certaines planches se dessiner la silhouette ô combien reconnaissable et célèbre du Mont Saint-Michel. Alors je veux bien admettre qu’il y a eu la réforme des régions mais même avec cette réforme le Saint-Michel ne se trouve toujours dans la baie de Somme, foi de Picarde. Alors oui, les auteurs ne sont pas français, et alors ? On vérifie avant de faire des bêtises !
Voilà pour le simple point négatif que j’ai pu trouver à ce comics.

Par contre, bien que n’étant pas non plus une spécialiste de la Première Guerre, je trouve que le reste a été plutôt bien respecté, même si le récit ne va pas dans les détails de l’Histoire, se contentant des grandes lignes connues par tous.

PlancheA_287822.jpg

Cependant, j’ai préféré les graphismes du premier volume, même si ceux de la première partie composant le comics sont beaucoup plus détaillés, notamment au niveau des  expressions du visage des personnages. C’est très bien fait mais je n’accroche pas spécialement à ce style, j’aime les dessins plus simples.
A l’inverse, j’ai beaucoup moi aimé les graphismes des dernières pages, même si j’ai bien aimé la façon dont sont dessinées les « baleines ». J’ai d’ailleurs trouvé cette dernière partie plutôt poétique.

Sinon, j’ai apprécié l’histoire en elle-même, je l’ai trouvé très belle. Les dernières planches avec le champ de coquelicots m’ont d’ailleurs beaucoup émues.

•••


En résumé :
 Comme toujours, j’ai beaucoup apprécié ma lecture, malgré cette faute géographique, certes pas très grave mais qui fait quand même tache. Comme dit lors de ma chronique du premier volume, je conseille vraiment ces comics à tout le monde, il n’y a pas besoin d’être un fanatique de la série pour l’apprécier à sa juste valeur.

Note : ★★★★☆

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s