« Doctor Who : L’horloge Nucléaire » de Oli Smith

 

51b-CRx1pQL._SX307_BO1,204,203,200_Auteur : Oli Smith

Editions : Milady (Collection :  Pop Culture)

Genre : Science-fiction

Parution : 16 février 2012

Pages : 282

Prix : 7 €

ISBN-13 : 978-2811206765

 

Synopsis : « Colorado, 1981. Appletown a tout du village idyllique. A se demander ce que le Docteur, Amy et Rory ont à y faire… jusqu’à l’arrivée de deux étrangers pour le moins surprenants : un savant fou et le Docteur lui-même ! Et bientôt la mort frappe ! Le Tardis est cloué au sol ! Le Docteur est pris au piège ! Le temps file à rebours ! Seuls les secrets enfouis d’Appletown pourront peut-être sauver nos héros des couloirs du temps avant qu’il ne soit trop tard. »


3ba8befd-8c81-4bd2-b33c-d80d0806be07

Comme tout le monde le sait (sauf si vous vivez au fond d’une grotte depuis 1963), Doctor Who est une série télévisée de science-fiction britannique créée par Sydney Newman et Donald Wilson. En a par la suite découlé des comics (dont je vous parlerez prochainement) mais également des romans.

Avant toutes choses, je tiens à préciser que je conseille avant tout ce livre aux personnes ayant déjà vu la série, ou en connaissant au moins les grandes lignes, pour la simple et bonne raison que tous les principes « élémentaires » liés à la saga ne sont absolument pas détaillés et expliqués dans ce roman. En effet, on ne sait quasiment rien du T.A.R.D.IS., sauf si par chance un nouveau personnage pose des questions sur cette fameuse cabine bleue. Après cela n’est pas forcément gênant en soi. Cependant, plus gênant selon moi, les personnages ne sont absolument pas décrits, au mieux on connait les liens qui les lient les uns par rapport aux autres.

Après, tout cela n’est pas forcément déplaisant, et ça ne dérange pas forcément tout le monde. Je sais que certaines personnes apprécient parce que cela leur permet de faire encore plus preuve d’imagination, mais je préfère quand même le préciser.

Dans cette nouvelle histoire, nous suivons les aventures d’Eleventh, d’Amy, ainsi que de Rory. Ils atterrissent au beau milieu d’un désert. Il s’agit du Colorado, et nous sommes le 28 août 1981. Non loin d’où ils ont atterri se trouve la petite ville d’Appletown. Comme le fera remarquer Rory, on dirait Wisteria Lane. Seulement, voilà le problème, tout paraît absolument parfait. Le Docteur a alors des doutes. Comme il le fait remarquer, il n’y a ni arbres, ni routes qui conduisent à l’extérieur de la ville. Encore plus étrange, les rues sont désertes alors que l’on est en plein milieu de l’après-midi. Il y a donc forcément quelque chose qui ne va pas. Qui sont les habitants de cette bourgade au milieu du désert ? Et puis après tout, pourquoi le T.A.R.D.I.S. les aurait-il emmené dans un endroit paisible où aucune menace ne plane ?

Concernant l’histoire en elle-même, je suis plutôt mitigée. D’un côté, je l’ai bien aimé, et de l’autre, cette histoire de retour dans le passé m’a un peu déboussolé.

Déjà, j’aime beaucoup les thèmes abordés par ce roman. Je vais peut-être m’aventurer un peu trop loin en disant ça mais je pense que cette histoire nous permet de nous interroger sur la place de la technologie et des machines dans nos vies, ainsi que sur la notion de bien et de mal.

Le roman se compose de plusieurs arcs narratifs, qui selon moi se complètent bien. A savoir qu’il y a deux grands arcs narratifs, avec d’un côté l’histoire d’un savant dans les années 1970, et d’un autre, le Docteur et ses compagnons qui se trouvent donc en 1981. Cependant, un autre arc narratif va voir le jour, celui du retour dans le temps. Et c’est là que j’ai commencé à m’embrouiller.

J’avais certes compris qu’il y avait eu une sorte de fracture dans le temps, contribuant au fait que le temps va filer à rebours, faisant ainsi remonter le Docteur dans le passé. Cette histoire de retour dans le temps m’a grandement perturbée, je devais sans cesse retourner voir ce qu’il se passait au chapitre précédent pour être sûre de bien comprendre. En effet, on a donc d’un côté l’histoire de ce savant dans les années 1970, d’un autre ce qui se passe en 1981, et encore en parallèle il y a l’année 1981 à rebours.

A un moment, le Docteur va expliquer à un personnage pourquoi il avance à rebours dans le temps. Pour se faire il va utiliser un fil et des ciseaux, mais cette explication ne m’a pas du tout aidé et m’a plus embrouillé qu’autre chose.

•••

En résumé : Globalement j’ai apprécié ce roman, l’histoire en elle-même était prenante. J’ai aussi adoré les termes abordés dans cette histoire. Cependant, le fait que le Docteur avance à rebours dans le temps m’a déconcerté et a contribué à des problèmes de compréhension.

Note : ★★★☆☆

Publicités

5 réflexions sur “« Doctor Who : L’horloge Nucléaire » de Oli Smith

  1. Pour le moment, je n’ai lu qu’un seul livre sur les histoires du doctor et c’était l’armée oubliée.
    Mais si tu dis qu’il est compliqué, ça donne pas trop envie de le lire. Mais en même temps, je sais que je ne résiste pas au doctor 😉
    Merci pour ton avis 😀

    Aimé par 1 personne

    • « L’armée oubliée » est dans ma PAL ! Tu l’as bien aimé ? Après peut-être que c’est juste moi qui n’ai pas compris, mais j’ai lu plusieurs avis sur Livr’addict qui disaient la même chose donc… Par contre j’ai beaucoup aimé « Les Voleurs de Rêves » ! 🙂
      Avec plaisir ! 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s